2013
2014
INSCRIPTION
NEWSLETTER

L'Appel à tes-mains

Outil d’investigation, l’Appel à tes-mains est un dispositif d’interviews de mains filmés, qui propose à des personnes de se raconter à travers leurs mains.

Projet initié suite à la dernière création de la Cie, La Grande Clameur, il prolonge ses questionnements autour du travail et des travailleurs, et s’étend aujourd’hui à d’autres territoires, géographies, métiers, personnes.

La matière récoltée, dans le cadre d’actions artistiques menées avec différents publics, est restituée sous la forme de films courts.

Ils constituent le carnet de route de la nouvelle création de la Nef.

Tout savoir...

Présentation

Durant 15 à 20 minutes, raconter l’histoire de ses mains est un moment privilégié d’arrêt sur image dans la course folle de nos vies trépidantes.

Comme son nom l’indique l’Appel à tes-mains cherche les traces, les indices, les témoignages. Il veut reconstituer pour résoudre une énigme, l’énigme des secret, des mystères enfouis de la personne interviewée qui prend en main sa destinée et déroule grâce a ses mains le fil de sa vie ;

"Nous sommes nos mains et pendant une vingtaine de minutes, elles deviennent des marionnettes qui interprètent nos peines, nos joies, nos expériences, nos victoires, nos défaites, nos exploits.

Elles sont les héros de notre histoire : posées à nu sur un rideau noir, elles sont seules en scène. "
On ne filme qu’elles, jamais on ne verra le visage de l’interviewé.
Elles deviennent deux personnages, la dextre et la sinistra qui racontent leurs passés, leurs blessures, leurs exploits. Ce sont elles notre premier alter ego, notre première marionnette, nos premières étreintes.
Elles incarnent notre “toucher du monde” et nous obligent à repenser et à ressentir notre façon d’appréhender l’autre, les autres et le monde qui nous entoure. Puis vient leur capacité de faire, de fabriquer, de travailler. Elles façonnnent , sculptent, manipulent, matièrent.
Resurgit la mémoire, les choses accomplies, pas finies, à faire. Elles caressent, s’enflamment, vibrent, se crispent, se révoltent, se joignent, prient, se posent."

Le montage de ces captations a pour but de retrouver le fil et reprendre par la main nos vies emmêlées. A mains nues retrouver une prise, un bout de la pelote. Réaliser qu’on est unique, et qu’on a devant nous un chef d’œuvre à accomplir, un exploit à réaliser.

Dans un café, un hall de bâtiment public, une école, en tout cas dans un lieu public, on aménage un espace qui nous permet de mener l’enquête sur le mystère de nos lignes de vie.
Le dispositif de l’Appel tes-mains est nomade et doit pouvoir s’installer partout, il nécessite un minimum de silence pour le confort l’interview.
Nous allons constituer des familles de mains liées à des corps de métiers ou des corporations : des mains de boulanger ou sculpteur en passant par les mains des boxeurs, de la dactylo etc.

Venez réaliser l’histoire et la géographie de vos mains. Un appel à témoins comme on fait pour la reconstitution d’un crime, d’un évènement majeur, celui du travail de toute une vie.

Jean-Louis Heckel

visuel - L'Appel à tes-mains